Plats préparés : comment choisir ?

PLATS.prepares

 

Plats préparés : comment choisir ? Quels sont les pièges à éviter ?

 

En l’espace de 10 ans, le marché des plats préparés a littéralement doublé ! C’est vrai qu’ils ont tout pour nous séduire : packaging attrayant, facilité d’emploi, et recettes sur le papier des plus alléchantes ! 

Mais qu’en est -t-il vraiment de leurs valeurs nutritionnelles et comment bien choisir un plat préparé pour sa saveur mais aussi préserver sa santé ? Pour vous y aider, Diet´étique Nature & Sciences livre ses conseils tout prêts !

 

Un plat préparé de qualité est un plat dont la liste d’ingrédients est la plus courte possible !

Idéalement, moins de 5 ingrédients et vous aurez un plat qui se rapproche le plus d’un plat fait maison, bien qu’en moyenne 70% plus cher que si vous le faisiez vous-même ! 

Attention avec les plats de plus de dix ingrédients : bourrés d’additifs et de piètre qualité !! Même dans les grandes marques, ils sont à éviter et favorisent le surpoids.

 

Ne pas se fier aux calories mais à la composition du plat

Les calories sont une donnée subjective car selon qu’elles soient amenées par du gras, du sucre ou des protéines, votre corps ne va pas du tout les stocker de la même manière ! Il est donc important de se défaire de cette mauvaise habitude et de regarder plutôt si les ingrédients qualitatifs sont bien présents.

Par exemple, si l’eau et/ou le sucre arrivent en première position dans la liste des ingrédients (Les ingrédients y sont classés par ordre croissant de quantité), passez votre chemin ! Ce plat ne sera ni rassasiant, ni sain d’un point de vu nutritionnel. En revanche, si des éléments “nobles” de ce plat comme la viande ou l’accompagnement de légumes arrivent dans les premières positions, là vous aurez un plat de qualité !

 

Vérifier l’analyse nutritionnelle et contrôler le pourcentage de protéines

Normalement un plat à base de poisson, de fruits de mer ou de viande devrait contenir au moins 20% de protéines ou s’en rapprocher. Si c’est hélas loin d’être le cas, le fabriquant a surement visé l’économie des coûts de production que la recherche de qualité, et vous aurez la joie de vous retrouver avec deux morceaux de poulet microscopiques avec une marre de sauce peu ragoûtante ! 

Regardez le pourcentage de graisses saturées : il nous renseigne sur la qualité nutritionnelle du plat et de sa possible nocivité sur nos artères. En effet, un pourcentage de graisses saturées trop élevé n’est pas bon du tout pour notre système cardiovasculaire ! Choisissez donc le plat avec le taux de graisses saturées le plus bas si vous hésitez entre plusieurs d’entre eux.

salt-4-624x624

 

La teneur en sodium (sel) est aussi très importante pour la qualité du produit et ses effets délétères sur la santé. On constate que le sel absorbé en trop grande quantité est vecteur d’hypertension artérielle et de maladies cardiovasculaires. Cela s’explique par le fait que les gènes contrôlant la pression artérielle sont aussi ceux qui régulent la réabsorption de sel au niveau des reins. L’excès de sel dans l’alimentation est aussi reconnu pour favoriser le cancer de l’estomac. Enfin, trop de sel peut augmenter les risques d’ostéoporose car un taux important dans le sang provoque une élimination accrue du calcium dans les urines. En bref, que du mauvais !

 

NB : Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, la consommation moyenne de sel des français via les aliments serait de 8,7g par jour pour les hommes et de 6,7 g pour les femmes . A ces apports, déjà trop importants, il faut ajouter 1 à 2 g de sel par jour dus au salage des plats. A noter que, selon L’OMS, la quantité journalière de sel absorbée ne devrait pas dépasser les 5 g par jour…

  • Pour info : 1g de sel = 400mg de sodium

Les fabricants brouillent les pistes en mentionnant toujours le terme “sodium” moins connu du grand public pour faire avaler des quantités de sel parfois exorbitantes ! Les soupes en briques et les plats cuisinés en conserve battent souvent des records.

 

Ne se fier ni à la marque, ni au prix !

On a tendance parfois à se dire que plus le produit sera cher, et de surcroît de marque connue, plus sa composition sera saine, mais cela n’est pas toujours vrai ! Les fabricants jouent souvent sur la notoriété de leur marque pour tirer les apports nutritionnels vers le bas, et surtout leurs profits vers le haut ! 

Seul bon réflexe : Regarder toujours les étiquettes !

 

Pour un programme minceur, ou un rééquilibrage alimentaire Diet’ éthique Nature & Sciences en RDV cabinet ou depuis chez vous via internet : mincir-facile.com

Pagliano Caroline.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *